Plume à plume

Cercle littéraire entre copains.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une crotte sur le coeur - Sênmurw

Aller en bas 
AuteurMessage
Sênmurw

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Une crotte sur le coeur - Sênmurw   Mer 24 Jan 2007 - 21:04

Bonjour à toi, Bureaucrate,

Si je t’écris cette lettre, c’est tout simplement parce que si je t’avais récité un discours semblable face à toi, rien n’aurait changé. Tu m’aurais directement répondu que cela n’était pas de ta faute, qu’il y a des règles à respecter, toutes les raisons auraient été justifiées à tes yeux. C’est même pour ses excuses que je t’écris cette messive, pour la laisser fermenter dans ton esprit.

Tu es haïssable par les belles paroles qui m’accueillent en ton bureau, comme une coulée fluide de bonté. Je parle, tu acquiesces, parfois même tu sors une supposition améliorant l’idée. Mais tout n’est que piège, pour que je reparte sans que je m’aperçoive de ta supercherie. Celle où tu as réussi à me convaincre que mon idée n’a aucun sens, qu’elle n’est pas réalisable. Dès que tu en as l’occasion, tu t’excuses, tu me rabroues. Après tout me dis-tu, ce n’est pas ton champ de compétence, il y a trop de facteurs opposants qui empêcheraient ce projet de fonctionner et de toute manière, tu n’as pas les pouvoirs nécessaires. Menteur! Toi qui prends des décisions, mais qui réussis à ne pas être imputable de ceux-ci. Ce refus continuel, cette paresse sans cesse grandissante, d’où vient-elle? Aurais-tu peur d’avoir plus de travail à faire? Ou simplement le changement t’intimide? Tu n’es que passé, et comme toute chose rendue inutile, ou même récessive, nous devrons tout raser par la base, pour enfin établir un système juste, qui évolue au même rythme que ce qui passe devant lui.

Toi, progéniture ratée d’une époque révolue, compte bien tes payes entrées dans ton compte, il n’y en aura plus pour très longtemps. Notre réalité n’est plus la tienne, souvient toi en, car parfois les musées brûlent.

Mais puis-je t’en vouloir? L’acte bureaucratique se fait par lui même, ralentissant tous les processus pour avoir plus de stabilité. Après tout, quand tout est rendu officiel, chiffré, on ne se pose plus de questions.. Non finalement, tu te plais vraiment trop sur ton coussin de satin.

Un enfant frustré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay
Admin


Nombre de messages : 128
Age : 30
Localisation : Instable.
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Une crotte sur le coeur - Sênmurw   Ven 26 Jan 2007 - 0:47

Hum... intéressant! Dans une classique « rébellion contre le système », tu as cependant pu ajouter quelque chose de différent, une autre facette, disons. En effet, le style un peu poétique que tu as adopté n'est pas sans me déplaire. Ça sonne bien et c'est fichtrement beau à lire. Une chose, par contre, je n'arrive pas précisément à cerner ta position. Jusqu'à l'avant-dernier paragraphe, il me semble que tu dénonces, tu prédis une fin, un revirement, un changement et que tu y crois, puis, au dernier, je sens une certaine résignation, une soumission, un ramollissement, un fatalisme oserais-je dire? Est-ce que cette compréhension de « l’acte » s’est faite devant l’inchangeable et le fatal ou devant l’explicable, le logique, le raisonné et le justifiable? Je t’avoue que je suis un peu perdue, mais bon, c’est peut-être juste moi... Peut-être qu’au fond, tu as essayé de te détacher de ta position et de présenter l’envers. Mais le hic, pour moi, c’est que ça finit avec l’argument contre. Ça part très fort, très sûr et ça dégringole… Peut-être, sinon, as-tu voulu montrer ce que la plupart des gens finissaient par se dire, par croire, par vivre? Ou peut-être que c’est vraiment ta position mais, comme je disais, j’avais plutôt l’impression que tu te rangeais vers la première partie, parce que c’est cette partie justement qui est la plus poussée, la plus réfléchie.

Aussi, la signature « un enfant frustré » me fait m'interroger. Est-ce que tu as choisi ça au hasard ou à peu près ou est-ce qu’il y avait quelque motivation derrière le choix? J’ose croire à la deuxième hypothèse. Premièrement, pour « enfant », plusieurs choses: est-ce que c'est en relation avec le peu ou pas de moyens qu'un enfant possède face au monde et au changement, l’impuissance (qui mènerait à une certaine frustration, par exemple) qu’il ressent face à ça, le sentiment inexorable d’échec? Ou est-ce que c'est lié à la mentalité du tout-tout de suite de l'enfant, ce tout-tout de suite qui, s'il n'est pas comblé et/ou satisfait, mène à une frustration, une colère. (Une résignation ensuite?) Ce qui m'amène à l'autre partie de la signature. Je l'admets, je bute un peu sur le couple « enfant » et « frustré ». Ça me donne l'impression d'un enfant qui boude dans son coin, qui rechigne, qui pleurniche, qui s’apitoie sur son sort… Frustré, mais qui se résigne, frustré, mais qui se force à comprendre, à trouver des raisons, à s’abattre sur un fatalisme douteux…

Ou est-ce que cet « enfant frustré », c’est l’enfant frustré qui se cache dans le cœur de chaque adulte moyen, l’enfant ambitieux, idéaliste, optimiste brimé, réprimé, oublié? L’enfant qui exprime sa révolte face à cette servilité, à cette obédience? L’enfant qui a été « enterré » au profit d’une vie financièrement meilleure, d’une famille stable, d’un emploi sûr et vrai, d’une paix assurée, d’une insouciance « méritée »? Sur une autre note, ça me fait penser aux Édukateurs (2004) de Hans Weingartner. (L’as-tu vu? Très bon film. Je le conseille, en fait, à tout le monde.) Peut-être que ceux qui l’ont déjà vu pourront compléter, parce que là, je m’essouffle!

Enfin, encore une fois, bon travail! Contente de voir quelqu’un d’autre se manifester. Bon, comme tu vois, j’en ai écrit beaucoup, mais c’est parce que je trouve que ton texte porte vraiment à réflexion, c’est tout. Tu n’as peut-être pas pensé consciemment à tout ça, mais d’une façon ou d’une autre, ça finit par s’emboîter naturellement avec ton idée de départ. Aussi, peut-être que tu pourras m’éclairer davantage sur ton propos!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KBlack
Admin
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 30
Localisation : Seattle, 2061
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: Une crotte sur le coeur - Sênmurw   Sam 27 Jan 2007 - 15:59

Ben, étant donné que je te connais plutôt bien après toutes ces discussions autour d'un shisha, je peux dire que je sais d'où ta frustration vient, et que je vois l'utilité du dernier paragraphe: Le système est tellement bien établi que, même si on essaie de se révolter contre lui, à moins, justement, d'une révolution, les bureaucrates vont rester en place jusqu'à leur mort pour leur propre... plaisir?
Reste que Kay a raison... le néophyte peut se demander où ton texte s'en va réellement puisque tu apportes souvent des points qui sont contre ton argumentation (j'ai remarqué aussi dans quelques-uns de tes autres textes, dont celui sur la sociabilisation que tu as posté sur Penumbra). Pour bien comprendre un de tes textes, donc, il semble que quelqu'un doit déjà connaître ta façon de penser... c'est une facon de faire, mais admettons-le, pas optimale dans toutes les situations.

Sinon, pour le texte lui-même, je suis aussi intéressé par ta signature: l'enfant frustré. Je crois que c'est un peu de ce que Karine a dit: une frustration qui part de loin, un sentiment d'impuissance... Mais je crois que ca vient un peu appuyer, ou justifier, l'espèce de plainte désordonnée, d'outburst de frustration qu'est le texte.

Le point que tu dais au début, celui qui dit qu'un discours face-à-face aurait été inutile, est selon moi très vrai, et résume en une phrase l'utilité d'écrire cette lettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penumbra.darkbb.com
Sênmurw

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Une crotte sur le coeur - Sênmurw   Dim 28 Jan 2007 - 2:56

Malgré que mon dernier paragraphe est réelement mal intégré dans le texte, kevin a raison. Ces 2-3 lignes sont là pour montrer l'attraction que provoque la bureaucratie, puisque que l'on pourrait croire qu'elle se fait naturellement. Comme tu disait Kay, le personnage, probablement moi, il y a compréhension de l'acte, mais pas nécéssairement l'acceptation.

POur ce qui est de la signature, le terme enfant est utilisé pour montrer l'incompréhention devans les faits. Car le personnage comprend la logique derriere la bureaucratie mais ne se l'explique pas. Il ne comprend pas pourquoi un systeme aussi...stagné peut faire pour survivre. Et pour les deux répondants: Oui l'enfant est aussi présent pour montrer le "total "pétage de coche"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay
Admin


Nombre de messages : 128
Age : 30
Localisation : Instable.
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: Une crotte sur le coeur - Sênmurw   Lun 29 Jan 2007 - 14:24

Donc, je n'étais pas siiii à côté de la plaque... ouf! Contente que tu aies pu m'éclairer un peu plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une crotte sur le coeur - Sênmurw   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une crotte sur le coeur - Sênmurw
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» coeur de boeuf aux carottes
» Le coeur de Chopin
» Le coeur au bord des larmes..
» [tuto illustrator] Faire un coeur
» [Rosnay, Tatiana (de)] Le coeur d'une autre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume à plume :: Sujets et textes :: Textes sujet imposé-
Sauter vers: