Plume à plume

Cercle littéraire entre copains.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le survivant - KBlack

Aller en bas 
AuteurMessage
KBlack
Admin
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 30
Localisation : Seattle, 2061
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Le survivant - KBlack   Mer 11 Avr 2007 - 22:51

Je l’ai aperçu aujourd’hui. Vêtu de blanc, ne portant que peu de bagages, il marchait vers… dieu sait où. Nous étions en pleine forêt au milieu des montagnes. Je lançai alors mon cheval au galop dans sa direction. Je tenais fermement mon naginata, bien que je n’avais aucunement l’intention de m’en servir. Ce ronin pouvait n’être qu’une peste de traître, nous n’étions pas en temps de guerre; les confrontations se réglaient par duel. Et c’est ce que j’allais lui proposer.

Approchant de lui, mon cheval ralentit sa course. L’homme se retourna lentement et ne sembla pas surpris lorsqu’il reconnut mon armure. D’un mouvement large, je fis passer mon arme à ma gauche en signe de trêve. C’est lui qui entama la conversation :

- Le Shogun a mis bien du temps à me retrouver. Pourtant, tous savent que je ne me cache point, ni ne me sauve. Ainsi me vois-tu comme je le suis tous les jours : sans monture ni armure, marchant au centre du chemin. C’est un choix conscient. Quel message es-tu venu me faire parvenir?

Ce à quoi je répondis :
- Le Shogun n’a envoyé aucune troupe à tes trousses, Ronin. Seulement une prime sur ta tête. Si n’eut été ma chance aujourd’hui, ta marche aurait continué en paix. Quant au message, donc, il n’est pas du Shogun, mais de son samouraï : je te convoque en duel, en ce jour, comme le veut la coutume. Considère-toi fortuné que celle-ci soit en place, ainsi que je doive m’y conformer pour pouvoir déclarer ma victoire sans honte à mon Shogun. Sache toutefois que dans le cas d’un refus, je ne te laisserai pas partir pour autant; voir ta tête rouler m’est plus important que cet argent.

Mes paroles ne le faisaient même pas sourciller. Il était de roc.
- Soit. Je dois donc défendre ma liberté. Au crépuscule, sur le plateau au haut de cette montagne. Tu ne pourras pas me manquer, je comptais y établir mon campement. Si tu respectes tant la coutume, tu auras donc le temps de te départir de ton armure.

La parole d’un ronin ne vaut rien. Il l’a déjà donnée et a déjà manqué de l’honorer, il n’en a donc même pas. Il me proposait une attente et je devrais la refuser. Mais je ne pouvais pas me dévêtir devant lui et lui donner la chance de frapper pendant cette faiblesse, et il le savait. Nous avions tous deux besoin de préparation.

- Rappelle-toi que tu es à pied et que je peux couvrir en une heure autant de terrain que toi en une journée. Ne tache pas ta réputation plus qu’elle ne l’est déjà.

Ce bâtard devrait déjà s’être fait seppuku pour son indiscipline. Il n’a aucune considération pour le bushido et ses sept vertus. Lâche, irrespectueux, déloyal… quelle prochaine insulte fera-t-il à notre caste par son comportement? Je le rejoindrai là où il m’y a enclin, et son absence, sa fuite, sera une tache de plus à son honneur. Une tache que seul le tranchant vif d’une lame ne saura nettoyer.
____________________________________________________________

Les deux bushi se fixaient mutuellement. Le samouraï avait troqué son armure rouge et noire pour un kataginu et un hakama assortis. Le ronin portait toujours ses vêtements blancs. Un court salut, et ils se mirent en position de combat; l’un de face, épée à mi-garde : la position de base enseignée à l’académie militaire du shogun. L’autre, avec son sabre parallèle à son torse, légèrement sur le côté, se positionnait selon une technique probablement apprise lors de son périple solitaire.

Le samouraï fit le premier pas. Tel un tigre, il leva son arme et fondit sur son adversaire d’un coup sec. Le ronin n’y était déjà plus. D’un mouvement horizontal, il tenta d’attaquer les côtes de son adversaire, qui se remettait de sa charge. « Lâche! » siffla le samourai entre ses dents, pas assez fort pour que le ronin ne l’entende. Celui-ci affichait le même visage serein que lors de leur rencontre de l’après-midi.

Les lames s’entrechoquaient, fouettaient le vide, mais allaient rarement s’enficher dans le sol ou encore frapper la pierre. Chaque mouvement était précis, contrôlé, calculé. Il était difficile de mesurer lequel des deux avait le plus d’expérience.

Chaque fois que le samouraï chargeait, ce qui devenait de plus en plus fréquent, le ronin trouvait une parade, mais qui s’avérait de moins en moins gracieuse au fil des assauts. D’un côté comme de l’autre, le katana se retrouvait toujours au bon endroit, au bon moment. Les poignets étaient trop vifs pour être coupés.

Le combat n’avait pas encore duré une minute que les techniques s’affinaient, par souci d’économie d’effort et de souffle. Le samouraï devint moins acharné, le ronin moins volatile. Tous deux cherchaient le point faible.

Soudainement, le ronin leva son sabre au-dessus de sa tête, adoptant une posture propre à l’armée du Shogun. Une flamme s’alluma dans les yeux du samouraï, qui recommença à charger comme auparavant, quoique plus avidement cette fois-ci.

Le ronin fit un pas sur le côté, son hakama porté par le vent du samouraï qui filait dans le vide. Il leva son sabre. Le samouraï, connaissant la suite bien qu’il ne voyait pas le mouvement, serra à nouveau les dents : « Lâch… »

Surpris du coup qui ne vint pas, il se détendit, raffermit sa prise sur son sabre et se retourna. Le ronin avait repris sa position initiale.
Voyant que le ronin ne cherchait pas à l’attaquer par derrière après tout, la flamme dans ses yeux devint une étincelle d’envie. Au prochain coup de sabre de l’homme vêtu de blanc, le sang du samouraï alla s’agencer aux couleurs de son propre habit.
____________________________________________________________

Je rengainai mon sabre et me penchai en un bref mais respectueux salut. Ici, au sommet de cette montagne, seuls les dieux ont vu mon acte. J’ai essayé de ne pas décapiter ce pauvre servant, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il baisse volontairement sa garde. La moitié de son crâne est maintenant manquante, une fin déshonorable pour sa caste.

Je pardonne à cet homme; seuls les serviles peuvent ressentir l’envie tout en croyant qu’il ne s’agit que de haine. L’homme obéissant à un autre ne reconnaît pas les vertus de l’homme libre.

Je portai le corps déjà drapé de noir plus loin sur le plateau et passai la soirée à assembler son bûcher. La coutume, à laquelle il semblait tenir, voulait que les morts soient brûlés, honneur que j’étais tout à fin enclin à lui accorder. Au matin, je sortis son armure des sacs montés sur son cheval et l’empilai soigneusement aux côtés de ses cendres. Je pris doucement son sabre de mes deux mains, mis un genou à terre et le déposai soigneusement devant son casque, en baissant la tête. Les dieux devront se contenter de ce rituel improvisé, mais je peux garantir que cet homme a vécu de discipline et de loyauté.

Quant à moi? Qu’est-ce que je fais maintenant? Probablement continuer à offrir protection à des familles abusées par leurs seigneurs, en échange du nécessaire pour subsister jusqu’au prochain village… peut-être raffiner mes techniques au sabre si j’en ai la chance. Pratique, honneur, honnêteté, discipline.
Discipline…
Celle qui est imposé par l’homme sur lui-même vaut cent fois celle imposée par un autre homme.


Dernière édition par le Ven 13 Avr 2007 - 10:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penumbra.darkbb.com
Kay
Admin


Nombre de messages : 128
Age : 30
Localisation : Instable.
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: Le survivant - KBlack   Ven 13 Avr 2007 - 10:34

Citation :
quel prochaine insulte

Tututut. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KBlack
Admin
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 30
Localisation : Seattle, 2061
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: Le survivant - KBlack   Ven 13 Avr 2007 - 10:54

Tu veux jouer à ca hein?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penumbra.darkbb.com
Sênmurw

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Le survivant - KBlack   Jeu 6 Mar 2008 - 23:51

J'aime beaucoup.

L'échange de personnage, le conflit: Mais qui est le méchant. Qui finalement se transforme en plus ou moins un conflit de personnalité.
Leur perfection imparfaite.., humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KBlack
Admin
avatar

Nombre de messages : 71
Age : 30
Localisation : Seattle, 2061
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: Le survivant - KBlack   Ven 7 Mar 2008 - 0:37

Intéressant, Max... J'ai l'impression qu'avec les 4 lignes que t'as écrit tu m'as convaincu que t'as vraiment exactement compris cque jvoulais faire passer comme message avec ce texte. Nice. Tu l'avais jamais lu avant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penumbra.darkbb.com
Sênmurw

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: Le survivant - KBlack   Ven 7 Mar 2008 - 14:33

Nop, j'effectue un retour sur le forum!

D,ailleurs je vais écrire sur le soufflet qui m'a été attribué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le survivant - KBlack   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le survivant - KBlack
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès du dernier survivant
» Caméo, ou comment trouver Ken le Survivant dans Juliette je t'aime?
» Ken le survivant au ciné !
» Kaiji l'ultime survivant
» [manga] Survivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plume à plume :: Sujets et textes :: Textes sujet imposé-
Sauter vers: